Comment improviser au piano rapidement sans connaître ni les gammes ni les accords

Comment improviser au piano sans connaître les gammes ni les accords

Il est souvent évoqué le fait de bien connaître les gammes pour pouvoir improviser au piano. Certes, apprendre les accords et les gammes s’avérera utile à long terme pour construire une mélodie cohérente. Mais faire cela reviendrait toujours au même schéma d’apprentissage de la musique : savoir d’abord, puis appliquer ce savoir.

Or, savez-vous qu’il existe un moyen simple d’improviser au piano rapidement, même si vous ne connaissez ni le solfège ni l’harmonie ?

Je vous invite à effectuer ce pas de côté qui consiste à aborder la musique sous un angle différent, et ainsi pouvoir jouer du piano rapidement, librement et joyeusement.

La notion d’harmonique en musique

Qu’est-ce qu’une harmonique en musique ? Les harmoniques naturelles d’un son sont des notes qui composent ce son, et que l’on peut percevoir si l’on tend l’oreille. Ainsi, lorsque vous jouez une note sur votre instrument, vous en entendez en réalité plusieurs. Ces notes subtiles sont en fait superposées à la première, et c’est ce que l’on nomme les harmoniques.

Jouer plusieurs notes à la fois en n’appuyant que sur une seule touche

Ces notes additionnelles sont en réalité générées par la vibration de la note fondamentale, et c’est grâce à elles que le son est riche et empli de matière sonore structurée. En d’autres termes, si vous pensiez jusqu’à présent ne jouer qu’une seule note, eh bien sachez qu’il n’en est rien : à chaque touche du piano que vous pressez s’envolent une multitude de notes, parfaitement organisées et rangées toujours dans le même ordre.

Des exemples dans la nature

Sur cette photo, prise par le photographe suédois Axel Hagström, vous pouvez voir que ce vol d’oies sauvages prend la forme d’un oiseau. Au-delà de sa beauté, ce phénomène est symboliquement intéressant car il nous montre qu’il y a différents niveaux de ressenti pour chaque chose. Sur cette photo, au premier abord, se dessine un seul oiseau. Puis, lorsque l’on se rapproche, il devient possible de voir qu’il s’agit en fait d’une multitude d’oiseaux, tout à fait organisés.

Vol d'oies sauvages en formation d'oiseau
Photo Axel Hagström

La musique fonctionne de la même façon. Derrière chaque son se dévoilent d’autres sons qui le composent, et que l’on appelle les harmoniques.

Et maintenant, voici le secret pour improviser au piano rapidement sans connaître les gammes ni les accords

Quel est le rapport entre les harmoniques naturelles des notes et l’improvisation au piano ? Pour bien comprendre cette relation, il faut savoir que l’une des premières harmoniques de chaque note se situe à 5 notes au-dessus.

Par exemple, si vous jouez un DO, une des harmoniques que vous entendrez le plus sera SOL. Remarquez qu’il y a 5 notes de DO à SOL (do, ré, mi, fa, sol). Ainsi, de la même façon, l’harmonique principale (hors octave) de RÉ sera LA, l’harmonique principale de MI sera SI etc. C’est ce que l’on appelle le rapport de quinte.

Le rapport de quinte dans toutes les musiques

Nous allons mettre en œuvre cette propriété naturelle du son pour construire les fondations de notre improvisation musicale. Puisque le rapport de quinte est présent naturellement dans chaque note, nous allons le matérialiser à la main gauche, et l’utiliser à la main droite comme point de repère musical sécurisant et structurant. C’est d’ailleurs ce que font tous les compositeurs depuis que la musique existe.

Toutes les musiques, à l’exception peut-être de la musique occidentale dite contemporaine, sont basées sur le rapport de quinte. Celui-ci est composé d’une note dite TONALE et de sa quinte, appelée la DOMINANTE.

Voici quelques exemples :

Exemple 1 : La lettre à Élise, de Beethoven

Ce morceau mythique au piano est basé sur la quinte de LA, c’est à dire que la tonale est la note LA et la dominante est la note MI.

Voici les premières notes de la mélodie : MI ré# MI ré# MI si ré do LA. Remarquez comme cette mélodie commence par la dominante et termine par la tonale. Remarquez également la répétition de la dominante, le MI. Lorsque la main droite termine sa phrase musicale, la main gauche complète par trois note successives : LA, MI, LA – Tonale, dominante, tonale -.

La Quinte de de LA. École de la Fausse Note Cancale.

Exemple 2 : Ainsi parlait Zarathoustra, de Richard Strauss

Cette musique symphonique, rendue célèbre par le film « 2001 l’Odyssée de l’Espace », de Stanley Kubrick, est totalement structurée par un rapport de quinte en DO. En voici les première notes :

DO, SOL, DO, Mi, Mib

La mélodie est ensuite appuyée par l’entrée des timbales qui jouent la Tonale puis la dominante plusieurs fois : DO, SOL, DO, SOL, DO, SOL etc.

La Quinte de de DO. École de la Fausse Note Cancale.

Exemple 3 : Comptine d’un autre été, de Yann Tiersen

Voilà de nouveau une musique au piano rendue célèbre par un film, « Le fabuleux destin d’Amélie Poulain », de Jean-Pierre Jeunet. Cette fois-ci, le morceau commence sur la quinte de MI, enrichie d’une note supplémentaire, le sol.

La main gauche donne le ton : MI, SI, sol, SI

Puis la main droite annonce le thème : Sol, fa#, sol, SI, do, SI

Remarquez comme le thème musical se termine par la dominante, le SI, alors que la main gauche annonce clairement la tonalité avec les notes MI et SI.

La Quinte de de MI. École de la Fausse Note Cancale.

Exemple 4 : Pirates des Caraïbes, de Hanz Zimmer

Encore une musique de film très prisées par la plupart des apprentis pianistes. Ici, la musique est structurée autour de la quinte de RÉ, que l’on peut jouer au piano à la main gauche.

Quant à la mélodie, la voici : LA do RÉ, RÉ, RÉ, mi, fa, fa, fa sol mi, mi, RÉ do RÉ.

Encore une fois, la phrase musicale commence par la dominante (le LA) et se termine par la tonale (le RÉ).

La Quinte de de RE. École de la Fausse Note Cancale.

Exercice pratique pour improviser au piano rapidement sans connaître ni les gammes ni les accords

« Improviser, c’est faire face à l’imprévu. »

Ibrahim Maalouf

Cette citation de ce grand compositeur de jazz me semble très inspirante car elle résume à elle seule les deux paramètres fondamentaux de l’improvisation au piano : la nécessité d’avoir un cadre structurant, et la nécessité d’être suffisamment ouvert et détendu pour accueillir toutes les notes qui ne manqueront pas de venir secouer ce cadre. Je vous invite pour cela à suivre cette méthode qui fonctionne :

A la main gauche préparer le cadre et les fondations de votre improvisation pianistique :

Choisissez une quinte, que vous allez jouer avec votre main gauche. Pour cela, placez votre auriculaire sur la tonale, et votre pouce sur la dominante. Nous allons prendre pour exemple la quinte de RÉ. Placez alors votre auriculaire sur le RÉ, et votre pouce sur le LA à sa droite.

Jouez les deux notes en même temps, appuyez sur la pédale forte, et écoutez comme le son est stable, harmonieux, et confortable. Répétez la quinte de RÉ de façon régulière. N’oubliez pas de respirer et de sentir en vous l’inspiration et l’expiration naturelle de votre souffle.

A la main droite, visualiser et matérialiser le rapport de quinte

Jouez tous les RÉ et tous les LA de votre clavier avec la main droite. Appuyez toujours sur la pédale forte, et ponctuez votre exploration par la quinte de RÉ à la main gauche. Pour l’instant, vous ne jouez que les notes de la quinte, la tonale (le RÉ) et la dominante (le LA). Profitez-en pour ressentir profondément la stabilité harmonique que procure cette quinte. Car plus vous ressentirez cette stabilité musicale à l’intérieur de vous, plus vous pourrez vous permettre de vous en éloigner.

Enfin laisser l’imprévu faire son travail

Maintenant, vous êtes prêts à faire évoluer votre improvisation au piano. Jouez des phrases musicales courtes, 5 à 6 notes maximum. Dans un premier temps, jouez uniquement sur les touches blanches. Arrangez-vous surtout pour commencer et terminer votre phrase musicale par la tonale (le RÉ) ou la dominante (le LA).

C’est exactement que que Beethoven, Chopin, Mozart, et bien sûr la star du piano Jean-Sébastien Bach font ! Alors inspirez-vous de ces grands artistes et utilisez leur secret : le rapport de quinte.

Voici quelques exemples de phrases musicales qui fonctionnent avec la quinte de RÉ :
RÉ, sol, si, do, LA
fa, mi, do, LA, RÉ
LA, RÉ, mi, fa, LA
sol, fa, mi, do, RÉ

Remarquez que dans le deuxième exemple, la phrase musicale ne commence pas par une note de la quinte. Toutefois, la dominante a été placée juste avant la tonale pour renforcer la stabilité en fin de phrase. Dans l’exemple numéro 4, seule la tonale est utilisée à la fin. Cela pourrait être la dernière note de votre improvisation au piano, comme le point final de votre joyeuse création musicale.

Et voilà, il ne vous reste plus qu’à laisser aller votre main droite, en exploration libre, structurée par la quinte que vous aurez choisie au départ.

Résumé des notions qui vont vous permettre d’improviser au piano rapidement même si vous ne connaissez ni les gammes ni les accords

Résumé des notions qui vont vous permettre d’improviser au piano rapidement même si vous ne connaissez ni les gammes ni les accords

  • Choisissez une quinte à la main gauche.
  • Répétez-là tranquillement en appuyant sur la pédale forte
  • Matérialisez les notes de la quinte avec la main droite, une à une, en vous connectant à votre respiration et en ressentant profondément la stabilité harmonique
  • Faites un pas de côté avec votre main droite en explorant les notes situées juste à côté des notes de la quinte.
  • Faites des phrases musicales courtes et sentez l’instabilité dans votre corps, écoutez les dissonances
  • Toujours avec votre main droite, revenez sur la quinte.
  • Sentez alors l’apaisement que procure le cadre, puis commencez une nouvelle phrase musicale

En conclusion

Je vous ai indiqué ici une technique simple pour improviser au piano rapidement sans connaître ni les gammes ni les accords. Mais n’oubliez pas que la technique ne fait pas tout le musicien. Aussi je vous invite à laisser parler vos émotions lorsque vous jouez du piano. Ne doutez pas de la qualité de votre musique, y compris dans l’imperfection et les dissonances.

Lorsque vous improvisez au piano, laissez parler vos émotions, et laissez-vous aller à l’imperfection

Improviser au piano est une pratique source de grande joie, car il n’y a pas à proprement parler de résultat à attendre. Alors, comme pour construire une maison, commencez par bien mettre en place les fondations de votre improvisation, c’est-à-dire la rapport de quinte. Puis laissez-vous aller. Ne cherchez pas à produire une harmonie parfaite, car cela pourrait avoir pour effet de vous fermer à la musique. Au contraire, jouez toutes les notes dont vous avez envie, et profitez de ce que vous allez découvrir, même si cela ne correspond pas tout à fait à ce que vous imaginiez !

Car figurez-vous que l’imprévu, c’est un peu comme un petit enfant. L’imprévu s’invite, explore, perturbe l’ordre établi, sans aucune autre intention que de vivre le moment présent. Si vous le repoussez d’un revers de main, il reviendra, avec encore plus d’intensité. Si vous accueillez dissonances avec autant de joie que les notes harmoniquement stables, votre improvisation au piano sera riche et vous procurera beaucoup de plaisir. De plus, le public qui vous écoutera jouer sera touché, car votre musique sera entière, unique, originale, et vous ressemblera.

contacter l'école de la fausse note de Cancale. Cours de piano en présentiel et en visio.
Coaching personnalisé de piano à Cancale (Bretagne) ou en visio

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.