Comment améliorer son rythme au piano sans connaître le solfège ?

Comment améliorer son rythme au piano

Le rythme est une partie essentielle de la musique et beaucoup des élèves de l’École de la Fausse Note se demandent comment développer leur sens du rythme au piano. Bien sûr c’est une question récurrente, et comme pour toute question relative à l’apprentissage du piano, je suis sûr que vous aimeriez une réponse magique, du genre : faite ceci, c’est simple et ça marche.

Pourtant, la plupart des articles de blog consacrés à améliorer son rythme au piano vous parlent de noires, de croches, de double-croches etc. Nul doute que ces notions sont importantes, et, encore une fois, apprendre quelques notions de solfège vous aidera nécessairement dans votre parcours pianistique. Néanmoins, une telle approche musicale reste intellectuelle et peut être rebutante, car complexe à aborder. Alors, concrètement, comment développer son sens du rythme au piano sans connaître le solfège ?

L’école de la fausse note en Bretagne est une école qui a pour objectif de vous faire aborder le piano par les sens et l’intuition. Alors, après avoir fait une mise au point de vocabulaire, nous verrons comment grâce à une pratique rythmique très simple que vous pourrez mettre en place dès maintenant, vous pourrez améliorer votre sens du rythme au piano. Car la musique ne passe pas uniquement par la tête mais aussi par le corps.

Avant tout, au piano, distinguer le rythme, le tempo et la mesure

Le rythme, le tempo et la mesure sont trois notions musicales différentes qu’il est important de distinguer. Au fil des années d’enseignement du piano, j’ai pu constater que la plupart d’entre vous faites la confusion entre rythme et tempo. Je vous propose ici une précision à ce sujet.

En quoi le tempo est-il différent du rythme au piano ?

Avez-vous déjà chanté une chanson dans votre tête, en ayant le sentiment que vous la chantiez trop lentement, ou trop vite par rapport à l’original ? Ou peut-être avez-vous remarqué que la plupart des artistes jouaient leurs tubes de façon différente en concert que sur leurs enregistrement studio ? Plus lentement ou plus rapidement, par exemple ? Eh bien dans les deux cas, lorsque la vitesse de la musique change, c’est du tempo dont il s’agit.

Ainsi, pour répondre à la question « quelle est la différence entre le rythme et le tempo », vous n’avez qu’une seule chose à retenir : le tempo, c’est la vitesse.

A titre d’exemple, voici deux interprétations au piano de la Valse Favorite de Mozart, la première étant à un tempo plus lent que la seconde :

La Valse Favorite de Mozart, jouée à un tempo lent
Exemple 1 : La Valse Favorite de Mozart, jouée à un tempo lent
Exemple 2 : La Valse Favorite de Mozart, jouée à un tempo rapide
Exemple 2 : La Valse Favorite de Mozart, jouée à un tempo rapide

Le rythme, qu’est-ce-que c’est ?

Le rythme, en revanche, est une succession de battements bien ordonnés, sans qu’ils soient nécessairement réguliers. C’est ce qui va impulser l’envie de danser lorsqu’on écoute une musique. Les musiques reines du rythme sont par exemple les musiques tribales, ou danses traditionnelles. Avez-vous déjà croisé au hasard des rues des joueurs de djembé lancés dans leurs improvisations rythmiques endiablées ? Dans ce cas, il n’y a pas de mélodie à proprement parler, mais simplement une succession de coups plus ou moins longs ou courts, formant le rythme, et nous invitant presque naturellement à bouger nos pieds, nos jambes et pourquoi pas l’ensemble de notre corps. Ainsi, un même rythme au piano peut-être joué à plusieurs tempi différents, selon que le musicien veut être plus ou moins rapide dans son interprétation musicale. (note : le mot tempi est, tout simplement, le pluriel du mot tempo.)

Et la mesure dans tout ça ?

La mesure est une notion un peu particulière : pour ordonner la musique, il a été convenu de la découper en parties égales, que l’on nomme mesures. Si vous avez déjà vu une partition, vous avez peut-être remarqué ces petits traits verticaux à intervalles réguliers. Ces barres de mesure délimitent chaque mesure du morceau, qui contiennent toujours le même nombre de temps. Je ne vais pas développer cette explication ici, mais vous pouvez déjà vous rendre compte d’une chose : les mesures d’un morceau sont jouées généralement au même tempo, et contiennent la plupart du temps des rythmes différents.

Comment développer son sens du rythme au piano ?

Que ce soit pour déchiffrer une partition ou improviser librement au piano, je vous propose 3 piliers pour améliorer votre sens rythmique au piano.

Premier pilier : la simplicité

En musique, au piano ou dans la vie, la simplicité est maître de toute chose. J’entends souvent des apprentis pianistes demander à ce que leur musique ait « plus de rythme. ». Mais qu’est-ce que cela veut dire exactement ? Pourquoi voudriez-vous que votre musique soit forcément remplie de tout un tas de notes compliquées ? Est-ce vraiment une condition pour que la musique soit belle ?

Du temps du muet… il y avait de la musique…- Maintenant aussi… mais on ne l’entend pas… les gens causent tout le temps ! 

Jean Renoir

Prenez le temps de jouer votre rythme simplement et calmement. Si vous vous entraînez à l’improvisation au piano, épurez votre discours pianistique. Ne jouez que les notes strictement nécessaires. En faisant cela vous vous apercevrez que la plupart des notes que vous jouez sont superflues. Petit à petit, faites en sorte que chaque note jouée soit parfaitement ancrée dans votre tempo. Vous pourrez alors ajouter quelques notes supplémentaires, qui embelliront votre mélodie tout en conservant sa légèreté et sa beauté.

Deuxième pilier : le corps

Avec nos vies trépidantes, nous sommes facilement déconnectés de notre propre corps. Et je vois beaucoup d’apprentis pianistes qui ne prennent pas la peine de respirer lorsqu’ils jouent du piano. La concentration sur la partition, et la volonté de l’interpréter parfaitement, prend toute la place. Pourtant, la conscience du corps n’est pas réservé à la danse ou au sport. Elle est même primordiale dans la pratique du piano. D’ailleurs, je vous invite à pratiquer toute activité qui vous aidera à prendre conscience de votre corps. Cela peut être du sport ou de la danse, mais aussi une activité relaxante, comme la sophrologie par exemple.

La partition est une chose, le chant en est une autre. Ce qu’il faut, c’est avoir la musique en tête et la chanter avec le corps.

Luciano Pavarotti

Pour revenir au sujet du rythme au piano, je vous invite, littéralement, à danser votre musique. Éveillez sans cesse les sensations de votre corps : le contact de vos pieds au sol, de vos fesses sur votre siège, de votre posture en général, jusqu’à la position de votre tête. Et bien sûr, n’oubliez pas de ressentir le contact de vos doigts sur les touches du piano. Le rythme au piano se fait généralement par alternance de la main droite et de la main gauche, un peu comme sur un instrument de percussion ou une batterie. Alors n’hésitez pas à jouer avec ce concept : choisissez deux notes, une à la main droite et une à la main gauche, et amusez-vous à les jouer en alternance. Le tout en prenant toujours garde de bien ancrer ce jeu rythmique dans votre tempo.

Troisième pilier : l’écoute

La plupart du temps, lorsque nous abordons l’apprentissage d’un instrument de musique – ou toute autre pratique artistique – , que ce soit au conservatoire, dans une école de musique ou avec un professeur particulier de piano, nous nous mettons en « mode émission ». Je veux dire par là que nous avons une grande volonté de maîtrise. Nous voulons y arriver, à tout prix, et nous nous mettons dans la posture du dompteur, qui veut dominer la musique. Mais nous oublions que la musique se joue avant tout avec les oreilles. Prenez le temps d’écouter ce que vous jouez au piano. Ouvrez vos oreilles, ouvrez votre cœur, et ressentez, écoutez, entendez les mélodies qui s’enchaînent pour votre plus grand plaisir. En prenant le temps d’écouter l’harmonie, vous vous connecterez petit à petit à la joie d’être à la fois le musicien et le spectateur. Et croyez-moi c’est une expérience musicale inoubliable.

Expérimenter le rythme au piano

Il est temps maintenant de passer à quelque chose de concret, et de vous lancer pour développer votre sens rythmique au piano. Je vous propose d’utiliser le meilleur outil pour cela.

Le métronome est le meilleur allié pour améliorer son rythme au piano

A propos du métronome, je vous invite, là encore, à changer votre perception, et le regard que vous portez sur cet objet. Car, oui, mes chers amis, le métronome est votre meilleur allié. Alors que la plupart des pianistes en herbe en font leur ennemi numéro un, je vous promets que vous avez un grand intérêt à lui faire la part belle dans votre vie pianistique. Le métronome est le meilleur outil à utiliser pour améliorer son rythme au piano.

Imaginez : vous êtes pilote aérien, vous êtes aux commandes d’un avion de ligne et transportez plusieurs centaines de passagers. Il fait nuit et vous êtes à l’approche de l’aéroport, vous vous apprêtez à poser l’avion. Au sol, vous voyez les lignes pointillées lumineuses qui vous indiquent où est la piste d’atterrissage. Dans cette situation, ces lignes seront-elles pour vous une contrainte ou un guide ? Votre pire ennemi ou votre meilleur allié ?

Vous m’avez d’ores et déjà compris : pour changer le regard que vous portez sur le métronome, voyez-le comme un guide. Le métronome vous donne des repères rythmiques, et apprendre à ancrer votre musique dans ces repères est le meilleur moyen d’améliorer son rythme au piano.

Voici un exercice simple pour améliorer son rythme au piano

Ce petit exercice très simple est la première chose à faire si vous voulez progresser rythmiquement au piano. C’est très simple – peut-être pas si facile à réaliser ? – et si vous commencez par là de façon régulière cela va vous aider à poser votre musique et à structurer votre discours musical au piano. En voici les étapes.

  • Mettez votre métronome en route, et réglez-le sur un tempo assez lent, entre 50 et 60.
  • Appuyez sur la pédale de droite du piano (la pédale forte).
  • Choisissez une note à votre main gauche. De préférence, choisissez une des touches blanches du piano – par exemple, le LA – Cela facilitera l’écoute de l’harmonie.
  • Jouez régulièrement cette note à la main gauche, tranquillement, comme un leitmotiv.
  • A la main droite, jouez des touches blanches en formant des phrases musicales assez courtes (5 notes maximum) dont la dernière note sera un LA.

L’exercice à proprement parler est très simple : écoutez le métronome, et la seule chose à laquelle vous devez faire attention est la suivante : Lorsque vous jouez un LA à la main gauche, faites en sorte qu’il soit joué en même temps qu’un des « clics » du métronome. Vous pouvez espacer les notes à la main gauche, vous pouvez laisser passer plusieurs clics entre chaque note, mais assurez-vous que dès que vous jouerez le LA à la main gauche, il soit joué « sur » un clic de métronome (c’est-à-dire en même temps).

C’est tout ! N’oubliez pas d’ouvrir vos oreilles et votre coeur 😉

contactez l'école de la fausse note cancale aymeric mahieu

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.